06avr.

Vague répressive sur les réseaux sociaux chinois

Flag_of_China.pngLa chine s’est encore illustrée ces derniers jours dans le contrôle d’internet. A la suite de rumeurs propagées par les réseaux sociaux locaux QQ, et Weibo[1], l’autorité de contrôle d'internet a suspendu les commentaires jusqu’au 3 avril. L’internet chinois est d’ores et déjà parmi les plus contrôlés. Des sites comme Youtube, Facebook, ou le service Twitter sont inaccessibles. Cette fois, le pouvoir a tenté de bloquer des rumeurs de «coup d’état» à la suite du limogeage de Bo Xilai, un cadre du parti qui prétendait au pouvoir suprême, et de messages faisant état de coup de feu et de mouvements de blindés à Pekin.

Depuis la fin de l’année, les autorités ont ordonné aux utilisateurs de Weibo de s’inscrire sous leur identité réelle, coupant court à toute possibilité de pseudonyme, et donc à l’anonymat.

Il est marquant de noter que l’agence Chine nouvelle a fait état d’une campagne baptisée «Brise de printemps» pour désigner une opération de cyber-répression depuis février; le bilan fait état de l’interpellation de 100 suspects, de la suppression de 200.000 messages et l’avertissement de 3000 sites.

Cette "brise" amènera t-elle de la douceur, ou du ressentiment ?

Note

[1] 300.000 utilisateurs

Lire la suite