Mot-clé - bretagne

Fil des billets - Fil des commentaires

04juin

Une montée en puissance de la cyber-défense aux accents bretons

Hier, le ministre de la défense est intervenu au cours d'un colloque organisé à l’École des Transmissions de Rennes. On connait l'attachement de Jean-Yves Le Drian à la Bretagne, et le ministre n'a pas manqué de placer sa région, en proposant un pôle d'excellence de la cyber-défense:

« Ce pôle pourrait se traduire par un projet ambitieux qui pourrait naître ici. Parce que, en matière de défense, nous avons deux creusets - et c’est la mission que je leur donne - les écoles de Saint-Cyr Coëtquidan et l’école des transmissions. Et, autour, il y a des partenariats avec les grandes écoles de Bretagne, des grands centres universitaires de la région, et une volonté des élus locaux et régionaux. Il faut les réunir et les porter dans une dynamique commune. Le ministère est déterminé à y contribuer » (source Ouest France)

Jean-Yves Le Drian à Rennes le 3 juin Jean-Yves Le Drian à Rennes le 3 juin (Crédit photo Ouest France)

Son allocution a confirmé les lignes directrices fixées dans le livre blanc, à savoir: le développement de capacités de cyber-offensives et une augmentation des moyens budgétaires, mais aussi la création de la cyber-réserve, dont nous sommes impatients de voir la concrétisation. Dans un contexte de réduction d'effectif à la défense, le ministre a annoncé que 350 personnels supplémentaires seraient affectés à la cyber-défense.

Surtout, le ministre a annoncé une colocalisation de l'ANSSI et de la chaînes des "cyber-armes". Ce rapprochement a du sens et devrait, selon nous, constituer le point de départ d'un secrétariat d’État au cyberespace comme nous le défendions dans cet article.

Le pays breton abrite de prestigieuses écoles d'informatique et de télécommunication, mais il est loin d'être le seul. Ainsi le favoritisme du ministre affiché à la fois pour la région (Bretagne) et la couleur de l’uniforme (armée de terre) ne rend peut-être pas justice à la cyber-défense: une priorité à la fois nationale, inter-armées, voire inter-ministérielle.

EDIT 1: le texte intégral du discours ici.