Mot-clé - The Economist

Fil des billets - Fil des commentaires

23sept.

Peut-on encore avoir confiance dans la cryptographie ?

Elle protège les transactions entre les banques, les données confidentielles de toute sorte et est à la base d'un secteur de l'économie qui pèse près de 1000 milliards d'euros: la cryptographie a envahi notre quotidien, et en est devenue un élément essentiel. La plupart des utilisateurs de ces services ont confiance dans le chiffrement sans vraiment en connaître le principe de fonctionnement. La cryptographie pour la majeure partie de la population, c'est d'abord une question de confiance.

Pour les 0,1% restant, elle est la base de la sécurité de la sphère cyber.

La cryptographie a transformé les chiffres en armes[1]et certains mathématiciens en combattants. Pourtant il a fallu longtemps à ces premiers cyber-guerriers pour être reconnus. Ceux-ci ont connu leur première victoire majeure lors de la seconde guerre mondiale avec Enigma. C'est à Betchley Park qu'une légion d'anonymes scientifiques déchiffrèrent ainsi les communications allemandes, mais aussi italiennes et japonaises; avantage décisif réputé pour avoir écourté de deux ans le second conflit mondial. Dans cet univers du secret, il fallut attendre les années 70 pour que dans un livre intitulé The ultra Secret , toute la lumière soit faite sur ces héros de l'ombre[2]. Désormais, la maîtrise du chiffrement conditionne une grande part des capacités offensives mais aussi les vulnérabilités d'un acteur du domaine cyber.

Machine Enigma H Exemplaire de machine Enigma H (source cryptomuseum)

Les révélations de Snowden

Le monde de la cryptologie se divise en deux catégories : ceux qui font passer des messages cryptés avec le maximum de sécurité, les cryptographes ; et ceux qui s’acharnent à les déchiffrer : les cryptanalystes. Au cours des années certains procédés cryptographiques réputés sûr (d'où le terme de confiance toujours connexe de la notion ...) ont été cassés, ou bien sont devenus moins sûrs. Parfois grâce à des vulnérabilités théoriques, parfois aussi à cause de certains biais d'utilisation, et enfin grâce au progrès dans la puissance de calcul des ordinateurs. Si on s'en remet à l’histoire, on peut en déduire qu'aucun procédé de chiffrement ne peut être sûr à 100%.[3].

Dans ces conditions les documents révélés par Edward Snowden viennent apporter deux éclairages différents sur cette lutte entre cryptographes et cryptanalystes. Le premier évoque la possibilité que la NSA puisse jouir d'une relative avance en terme de recherche dans le domaine de la cryptographie; en ne publiant pas les vulnérabilités sur différents procédés cryptographiques, elle obtient donc un avantage. Cet aspect était déjà soupçonné, et somme toute assez évident, même s'il peut être choquant que des découvertes mathématiques puissent rester confidentielles (mais cependant, la gloire de la médaille Fields représente peut-être pour certains mathématiciens une récompense moins intéressante que les dizaines de millions de dollars qu'une avancée sur le logarithme discret pourrait rapporter). Le deuxième aspect, plus inquiétant, est que la NSA ne se contente pas de casser les procédés de chiffrements mais les sabote en amont.

Le risque de la "backdoor"

Comment la NSA saboterait t-elle les procédés cryptographiques ? De plusieurs manières si on en croit cet article du Guardian. Ainsi la NSA aurait imposé des procédés de cryptage volontairement vulnérables via les autorités de standardisation, et aurait même influencé ou infiltré les acteurs majeurs du secteur IT. Ces révélations permettent de comprendre plusieurs soupçons passés, notamment cet article de Bruce Schneier en 2007, qui faisait l'hypothèse d'une porte dérobée dans un procédé de chiffrement proposé par la NSA à l'office de standardisation US[4]. La NSA est en effet un acteur majeur de la capacité normative[5] américaine.

Au delà de cette capacité à façonner la norme à son avantage la NSA a poursuivi une véritable campagne pour introduire des portes dérobées dans des logiciels commerciaux. On peut notamment lire dans des présentations qui ont fuité, que la NSA "se mobilisait auprès des entreprises américaines et étrangères du secteur IT pour influencer secrètement et/ou ouvertement tirer parti des procédés de leurs produits commerciaux (...) et insérer des vulnérabilités dans les systèmes de cryptographie commerciaux". Apparemment, le nom des sociétés concernées serait couvert par un niveau de secret encore plus élevé que celui des documents dévoilés par Snowden.

Extrait d'une présentation par le GCHQ Les cyber-espions se réjouissent des vulnérabilités du net ... (source: The Guardian)

Faut-il céder à la paranoïa ?

Certes pas. D'ailleurs Snowden lui-même reconnaissait:

"les systèmes cryptographiques correctement élaborés sont une des rares choses dans lesquels vous pouvez avoir confiance"

Tout l'enjeu se situe donc autour du terme "correctement élaboré". Pour le grand public, il est évident que se soustraire à la surveillance des gouvernements requiert un excellent niveau d'expertise. Pour les États et en particulier l’État français, la problématique est tout autre. On se rappelle en effet l'audition de l'officier général cyber devant l'assemblée nationale[6] l'Amiral Coustillère s'était peu ému des risques de portes dérobés dans les logiciels utilisés au sein des forces armées[7]. On espère sincèrement que ces déclarations édulcorées par le devoir de secret, ne cachent pas un trou béant de sécurité au niveau de notre cyber-défense.

En tout état de cause ces révélations devraient stimuler l’intérêt pour la cryptographie. Ainsi de nombreux procédés de communication sécurisés ont vu leur usage augmenter depuis les révélations de Snowden. On peut citer ainsi la tentative du Français Eric Filiol pour proposer un système de messagerie sécurisé sur les terminaux mobiles, SMS Perseus.

Des retombées négatives pour l'industrie informatique américaine

Finalement, comme le souligne The Economist dans cet article les conséquences les plus néfastes de cette crise de confiance, se situent au niveau des grands groupes américains. En Allemagne, l'affaire qui fait grand bruit a conduit à l'appel au boycott par certains hommes politiques des géants du web américains; en Inde le gouvernement envisagerait d'interdire la messagerie de Google pour tout usage officiel. Ainsi un rapport publié par un think-tank spécialiste du domaine des communications et nouvelles technologies, chiffre entre 22 et 35 milliards de dollars US, les pertes dues à cette crise de confiance d'ici 2016. Au États-Unis la classe politique a réagi en voulant interdire par la loi, certaines pratiques à la NSA.

En définitive, la mise à nu du système de cyber-surveillance américain, en affectant les géants du secteur, porte un coup à sa base industrielle et technologique. Aussi ce pilier qui porte en grande partie la cyber-puissance américaine, s'en trouve ébranlé.

Notes

[1] Aux Etats-unis certains procédés cryptographiques sont des armes de 11eme catégorie.

[2] On peut toutefois rappeler que cette entreprise fut facilité par la capture d'une machine et de ses livrets de code à bord du sous marin U110.

[3] Même le chiffrement par clés asymétriques sur lequel repose une grande partie du chiffrement aujourd'hui, pourrait être percé à l'horizon de quelques années; il est amusant de noter qu'Antoine Joux, mathématicien français à l'origine de cette remise en question, travaille dans un laboratoire français du nom de PRISM.

[4] le dénouement de l'affaire évoqué ici.

[5] Dans son ouvrage intitulé "Cyber stratégie l'art de la guerre numérique", Bertrand Boyer cite à raison la capacité normative comme un des piliers de la cyber-puissance. Envisagée seulement dans son livre comme une "nouvelle forme de diplomatie et d'influence" il faut voir même au delà un véritable moyen de contrôle clandestin.

[6] Et notamment ce passage "Le ministère de la Défense a fait le choix d’un accord-cadre avec Microsoft, ce qui, de mon point de vue, ne présente pas un risque de sécurité supérieur par rapport à l’utilisation de logiciels libres."audition devant l'assemblée nationale, le 12 juin 2013

[7] Lire ici le débat qu'avait déclenché l'offre dite "open bar" de Microsoft pour le ministère de la défense française.

21déc.

La cyberguerre, un fantasme ?

CyberWarfareLa cyberguerre fantasme ou réalité ? A l'heure où la cyber-défense revient sur le devant de la scène, dans l’actualité mais également dans le futur livre blanc, la priorité entre offensive et défensive est débattue. Finalement, la cyber-offensive est-elle utile ? La défensive ne devrait elle pas se réduire à de la simple sécurité ?

Ainsi le 20 novembre, l'Express révélait qu'une véritable cyberguerre s'était jouée derrière le piratage dit "de l'Elysée".[1].

L'exemple américain

Dans son édition du 8 décembre, The Economist publie un article sur cette "cyberwarfare" sous-titré "Hype and fear", disponible en ligne ici. Présentant l'avance majeure dont dispose les États-Unis, celui-ci conclut que l'offensive est largement sur-évaluée.

L'article rappelle qu'aux États-Unis, le spectre de cyberattaques ayant des effets dans le monde réel est largement évoqué. La notion de "Cyber Pearl Harbor", en vogue. Une politique volontaire est en place. Elle se serait traduite récemment selon l'hebdomadaire par la signature au mois d'Octobre par Obama d'une directive secrète pour des cyber-opérations. Il est clair qu'avec un budget de 3,4 milliards de dollars, le Cyber Command américain dispose de moyens importants (ce budget est quasiment celui de l'ensemble de la dissuasion nucléaire... en France).

Il faut également noter que le patron du Cyber Command US (Général Keith Alexander) est également le patron de la NSA, contrairement à un pays comme la France où le cyber possède une partie militaire (via l'OG-cyber[2], sans budgets ni moyens importants) et une partie civile distincte (l'ANSSI, mieux dotée).

L'équilibre entre offensive et défensive en débat

A propos de l'équilibre entre défense et attaque, en bon militaire, le général Alexander estime que l'offensive est primordiale. Pour autant, The Economist affirme que les défenses américaines ne sont capables d'arrêter que 3 attaques sur 10; par ailleurs, le journal cite Martin Libicki de la Rand Corporation qui prétend que la cyber-offensive ne peut jouer qu'un rôle de soutien d'opérations classiques. [3].

Selon Jarno Limmel de Stonesoft, une entreprise de cyber-sécurtié, la cyber-défense doit s'appuyer sur 3 capacités clés:

  • résilence contre une attaque majeure
  • des capacités d'attributions afin d'interdire l'impunité
  • des moyens de rétorsion pour dissuader une éventuelle attaque.

Pour autant, The Economist estime que les luttes dans le cyberespace sont principalement d'ordre économique. En effet, la Chine et la Russie sont citées pour être les spécialistes de l'espionnage industriel [4]. Surtout, l’hebdomadaire souligne ironiquement qu'avant de penser à l’attaque, les pays occidentaux et les américains les premiers devraient colmater les brèches dans leur propre logiciels (98% des failles de sécurité viendraient de logiciels produits aux États-Unis).

Le retour de la dissuasion

Finalement, on revient sur le brouillard de guerre propre au cyber-espace. En définitive la dissuasion repose sur la crédibilité d'actions de représailles et sur la possibilité d'attribution. Au mois d’Octobre le secrétaire d’État à la défense américain affirmait "les potentiels agresseurs devraient avoir conscience que les États-Unis disposent de la capacité de les localiser et les tenir responsables d'actes affectant l'Amérique ou ses intérêts". Même si cette affirmation peut paraître optimiste, elle établit une voie possible pour la dissuasion: le rôle central de capacités d'attribution permettant des représailles, y compris classiques.

Pour penser la cyber-guerre, d'abord repenser la guerre

En définitive si la cyber-guerre apparaît pour certains comme un fantasme; c'est d'abord parce que l'imaginaire collectif n'a pas encore pris conscience des changements dans la conflictualité. La guerre telle qu'elle est encore pensée n'existe plus. Comme l'a bien exprimé Bertrand Boyer dans son ouvrage Cyberstratégie, l'art de la guerre numérique[5]:

"il faut résolument aujourd'hui favoriser l'évolution de notre cadre de pensée, briser les codes qui régissent la stratégie et son rapport à la violence. Il nous faut concilier l'inconciliable, penser l'affrontement sans la guerre, la coopération sans la transparence, la paix comme un état transitoire."

Ainsi l'émergence de la cyberguerre n'est que le symptôme d'une recomposition des stratégies de puissance des États, et sans doute, de nouveaux acteurs.

Notes

[1] On peut pour étoffer le sujet lire ce point de vue, mais aussi le naturel démenti américain ici

[2] Officier Général Cyberdéfense, appartenant à l’État-major des armée

[3] "Cyber-warfare can only be a support function" for other forms of war

[4] L'article cite cet exemple où des hacker d'une agences de renseignement étranger, auraient en 2009 dérobé 24.000 fichiers confidentiels de Lockeed Martin, qui auraient permis d'espionner les réunions abordant des aspects technologiques des capteurs du chasseur J-35 Joint Strike Fighter.

[5] Paru en mai 2012, Éditions Nuvis, ISBN 978-2-36367-013-7