Mot-clé - Etats-Unis

Fil des billets - Fil des commentaires

20janv.

2016, l'année de l'ours

La Russie a quitté cette année le club des 5 pays ayant le plus gros budget de défense. Pour autant, la Russie n'a jamais pesé autant sur la scène internationale, et a largement fait la preuve de sa puissance, y compris militaire.

depense_mondiales_defense_2016.svg

Des dépenses militaires au plus bas depuis 1990 et une influence diplomatique au plus haut

Si Janes fait état d'une Russie qui rétrograde à la 6eme place des budgets de défense mondiaux, la Russie n'a eut de cesse de gagner de nombreuses batailles sur le terrain. Après l'épisode ossète et ukrainien, succès militaires dans la zone d'influence historique, la Russie a démontré en Syrie sa capacité à soutenir et opérer avec succès au delà de son "glacis". Ces interventions sont accompagné d'un discours politique cohérent: la priorité à la souveraineté des États devant les droits des peuples; on peut partager ou pas cet position, Vladimir Poutine avance sur l'échiquier international ses pièces avec un sans faute.

the_economist_cover.jpg

Un ascendant jusque dans la campagne américaine

Mais c'est sur le terrain idéologique, que la victoire de l'ours russe est la plus marquante, car partout dans le monde le populisme se répand comme une traînée de poudre. Jusque dans les berceaux de la pensée libérale: aux Royaume Unis et aux États-Unis, on observe de surprenants renversements illustrés par le Brexit puis l'élection de Trump - ce dernier nourrit par ailleurs une certaines sympathie pour Vladimir Poutine. Ces événements ne manquent pas de sel, et le récent discours du président chinois à Davos, louant le libre-échange[1], participe au sentiment d'un espace politique sens dessus dessous.

Ainsi Barack Obama en a appelé à une enquête sur fond de soupçons d'influence dans la campagne électorale américaine, et a demandé l'expulsion de diplomates russes, un signe fort en terme de relations internationales mais qui vient encore appuyer un peu plus fort sur cet échec de la politique américaine vis à vis de la Russie.

Le mythe du Hacker russe... et la réalité

Historiquement, la Russie est un pays au premier plan en terme d’apprentissage des mathématiques. Une étude internationale sur le niveau des élèves en mathématiques en 2015 confirme que ce fait est toujours d'actualité. Les mathématiques sont à la base de la programmation informatique, et au vu des faibles débouchés offert par le marché de l'emploi russe dans le domaine, il n'est pas étonnant de voir que la Russie est un vivier de compétence cyber, à la fois en termes de quantifié et de qualité.

iSIGHT_Partners_sandworm_targets_13oct2014.jpg

Sandworn, cyber-attaque utilisée contre l'Ukraine et l'OTAN sert au passage des buts purement criminels, illustrant la porosité des deux domaines dans le paysage cyber russe. (crédit iconographie iSight)

Dès la chute du mur de Berlin, de nombreux chercheurs russes, laissés pour compte ont versé dans la cyber-criminalité , signant les premières pages de l'histoire du hacking Russe, tel Vladimir Levin. L'état russe, de par son laxisme dans la prévention et la répression de la cyber-criminalité à largement favorisé l'émergence de ce paradis pour hackers. La situation aujourd'hui, avec un appareil d'état qui bénéficie de cette expertise, n'est pas fondamentalement différente, à cela près que la frontière entre cyber-criminels et les cyber-guerriers n'a jamais été aussi poreuse, au gré des besoins de l’état russe.

Avec une Amérique en transition politique, un vaste champ de potentialités en 2017 pour la Russie

Par son utilisation de la sphère cyber ou de moyens conventionnels pour influencer; du soft power au hard power, l'ours Russe a su imposer son calendrier et défendre sa vision avec audace et un évident succès, tout cela avec peu de moyens.

A l'heure où la cible des 2% des budgets de défense est devenue une fin en soi, le retour de la Russie nous rappelle cette phrase de Raymond Aron:

J’appelle puissance sur la scène internationale la capacité d’une unité politique d’imposer sa volonté aux autres unités. En bref, la puissance politique n’est pas un absolu mais une relation humaine

Ainsi, s'il faut souhaiter que le budget de la défense français ne se voit pas amputé, il faut surtout souhaiter que les choix politiques tracent une voie ferme pour la défense, sans démagogie (Sentinelle...) ni électoralisme.

Note

[1] Cet article des Echos relate ce nouveau discours inconcevable il y a encore 10 ans.

18janv.

2013, année de transition

2012 est déjà dans nos rétroviseurs, 2013 s'avance. Voici l'occasion pour nous de tirer les principaux enseignements de l'année passée, et de tenter de scruter l'horizon qui s'ouvre devant nous.

2012, l'indétermination.

2012 a révélé que le monde était plus complexe qu'une simple convergence des intérêts mondiaux sur fond de liberté (au sens large: liberté de l'homme, libéralisation des flux et de l'économie). Les conséquences des révolutions de jasmins sont encore floues. Le dynamisme économique en Chine et plus généralement dans les pays émergents s’essouffle. La situation en Europe -mais aussi aux États-Unis; sur fond de crise budgétaire, est confuse.

Ainsi 2012 a apporté plus de questions que de réponses. Elle nous laisse cependant le sentiment que tout reste ouvert: la possibilité d'une reprise économique dans les pays occidentaux; le règlement pacifique des crises en Afrique sub-saharienne et au Moyen Orient.

Un recul de la gouvernance mondiale

2012 apporte selon nous un premier stigmate du monde de demain. D'abord nous notons un recul de la gouvernance mondiale. Aux Nations Unies mais aussi dans les domaines spécialisés comme l'internet, où le sommet de Dubaï a montré un clivage entre les pays. L’Union Européenne peine à voter un budget. Les grandes dynamiques d'intégration sont en perte de vitesses. En 2012,la problématique du droit des cyberconflit a été abordée dans le "Manuel de Tallinn", mais reste selon nous une tentative normative par l'Ontccident plus qu'un consensus général sur la question (qui aurait davantage sa place aux Nations Unies).

Comme les crises récentes le démontre (Lybie, Mali, ...) l’État reste le pivot central des initiatives de sécurité.

Physionomie des opérations militaires

Dans ce contexte, les opérations militaires ne subiront pas de révolutions. Les guerres de type asymétrique, et contre-insurectionnelles resteront la norme. Nous sommes convaincus que la probabilité extrêmement faible d'une guerre de haute intensité devrait porter d'emblée les armées occidentales vers un renforcement de la projection de puissance au meilleur coût. En effet celles-ci devrait être adaptées aux crises probables, car, comme on a pu le constater ces dix dernières années, la gamme d'outils occidentale, trop tournée vers la haute intensité, est inadaptée à la cible principale à traiter de cette décennie: le pick-up. Pour remplir ce contrat, il faudrait acquérir des vecteurs aériens adaptés au support des opérations au sol de type A10 et renforcer la capacité en hélicoptère de combat et de manœuvre.

La permanence devrait également être l'objet de toutes les intentions. En France, la capacité drone est indigente et il est urgent d'acquérir sur étagère un nombre de drones armés suffisants pour couvrir un théâtre d'opération.

Firemen Wip

2013, poursuite d'une transition vers une paix globale et l'instabilité locale

2013 nous rappelle à l'ordre, car après des réflexions sur la maritimisation, l'OTAN, la cyber-défense, nous voilà repartis dans une opération africaine, qui n'est pas sans rappeler l'opération Tacaud des années 70...

A cet égard l'année à venir nous confirmera peut être une réalité esquissée par Pierre Hasner d'une "nuit où toutes les guerres et toutes les paix sont grises". Le monde s'enfoncerait alors durablement dans ce que Frédéric Gros décrivait comme des "états de violences". Les armées occidentales avec l'aide d'acteurs locaux deviendraient alors des pompiers du monde, chargés d'éteindre ici ou là des incendies. La guerre totale, le choc inhumain et rangé de deux forces militaires, une antiquité.

Dès lors, la conflictualité entre les États se concentrerait dans la sphère cyber ou le soft-power, donnant raison à l’essai de Quiao Liang et Wang Xiangsin, la guerre hors limite. Nous ne pouvons écarter l'hypothèse selon laquelle dans un siècle, les historiens décriront notre siècle comme celui marquant la fin de la prépondérance de la chose militaire pour (re)distribuer les cartes de la puissance.